Nous avons 335 invités en ligne
IkatiOfficiel

Label officiel IKATI

 

Université de Strasbourg des Docteurs et Doctorants

 

57-Moselle

 

 

logo1

 

 

 flyer 136874

 

 

us-cattenom2

 

Fournisseur Officiel de la Cour

 

 

 

kaspersky partner logo

 

Newsletters

captcha

Nos actualités du jour

  • Accueil
    Accueil C'est ici que vous pouvez trouver tous les articles posté sur le site.
  • Catégories
    Catégories Affiche la liste des catégories de ce blog.
  • Mots clés
    Mots clés Affiche une liste de mots clés qui ont été utilisés dans le blog.
Derniers articles
08
Oct
0

Windows 10 : Microsoft confirme collecter les données des utilisateurs...

Posté par le dans News

Sécurité : Répondant aux diverses interrogations de sa communauté autour des collecte de données effectuées sous Windows 10 (Technical Preview), Microsoft a confirmé les faits. Reste une inconnue : ces routines persisteront elles dans la version finale ?

 

Comme nous l’expliquions en début de semaine, la technical preview de Windows 10 se révèle très curieuse des données personnelles de l’utilisateur. En effet, si vous avez accepté les conditions d’utilisations du programme Windows Insider, Microsoft s’arroge le droit de surveiller de très près votre activité sur Windows 10, allant même jusqu’à mettre en place un keylogger pour capter les saisies clavier de l’utilisateur. S'agissant d'une bêta, le retour d'informations et certes important mais où sont les limites ?

Pour certains en effet, l’indiscrétion de Microsoft va un peu loin, notamment lorsque les CGU détaillent que Microsoft se réserve le droit de « collecter les caractères tapés » au clavier lorsque vous saisissez du texte. Un keylogger, mais de manière tout à fait officielle en quelques sortes."Lorsque vous entrez du texte, nous pouvons collecter les caractères tapés et les utiliser pour améliorer notamment les fonctionnalités de saisie semi-automatique et de vérification orthographique", avertit Microsoft.

Il n’en fallait pas moins pour faire réagir la communauté et les forums officiels de Microsoft ont vu débarquer un certain nombre d’utilisateurs inquiets pour leur vie privée et demandant à Microsoft des explications sur cette politique un peu curieuse. Et Microsoft confirme sans détour, comme l’explique un porte parole contacté par le site américain The Register : « Si vous acceptez les termes du contrat proposé par Microsoft pour rejoindre le Windows Insider program et que vous utilisez la Technical Preview de Windows 10, alors vous acceptez de donner à Microsoft vos données personnelles afin d’aider Microsoft à améliorer son OS. »

Peut-on faire n’importe quoi dans une beta ?

Microsoft ne s’en cache pas donc, d’ailleurs les conditions d’utilisations du service précisent clairement les collectes de données à laquelle l’utilisateur consent s’il veut participer à ce service. Enfin le texte ne rentre pas vraiment dans le détail précis et personne ne le lit, mais les utilisateurs l’approuvent, ce qui laisse Microsoft dans son bon droit.

Reste une interrogation : qu’est ce que la version finale de Windows 10 gardera de cette politique de collecte de données ? Sur ce point, Microsoft ne se prononce pas : « À l’approche du produit final, nous continuerons de communiquer à l’utilisateur la façon dont nous collectons et utilisons ces données personnelles » explique un porte-parole cité par The Inquirer.

©Zdnet.fr
Mots clés: securite windows 10
Lire la suite
Lectures : 1300
Notez cet article:
0
08
Oct
0

Surveillance, Twitter porte plainte contre le gouvernement américain

Posté par le dans News

Juridique : Le réseau social entend obtenir le droit de communiquer plus largement sur les demandes des autorités concernant les données des utilisateurs en matière de sécurité nationale.

 

Le torchon brûle entre Twitter et l'administration américaine. L'oiseau bleu a décidé de poursuivre en justice ce mardi le gouvernement du pays afin d'obtenir le droit de communiquer plus largement sur les demandes des autorités concernant les données des utilisateurs en matière de sécurité nationale.

Pour le réseau social, ne pas avoir le droit de dévoiler le détail du nombre de ces demandes est contraire au premier amendement de la Constitution américaine, qui protège la liberté d'expression. Pourtant, depuis le scandale Snowden, les géants du Web commencent à communiquer sur le nombre de demandes des autorités (via un accord avec le gouvernement US) mais pas de façon précise (fourchettes de 0 à 999 ou de 1000 à 1999). Pour Twitter, ce n'est pas suffisant.

"Nous sommes tenus, au nom du Premier amendement, de répondre aux inquiétudes de nos utilisateurs et aux déclarations des responsables du gouvernement en fournissant des informations sur l'étendue de la surveillance par le gouvernement américain", écrit le vice-président de Twitter, Benjamin Lee.

"En avril, nous avons soumis un additif à notre rapport de transparence au département de la Justice et au FBI, qui aurait apporté davantage de transparence. Mais après des mois de discussions, nous ne sommes pas parvenus à les convaincre de nous autoriser à publier une version, même censurée, du rapport", poursuit-il.

Le site entend montrer qu'il fait des efforts de transparence auprès de ses utilisateurs. Le gouvernement américain estime au contraire qu'une communication plus large autour de ces demandes de pénaliser les enquêtes des services de sécurité.

©Zdnet.fr
Mots clés: twitter
Lire la suite
Lectures : 1332
Notez cet article:
0
06
Oct
0

Ikati change ses publicités

Posté par le dans News

ikati-facebook

Réparation Iphone , Ipod ,Ipad ,Samsung ,Sony ,HTC ,LG ,Nokia ,Google ,Nexus ,Wiko

 

©Ikati Création
Lire la suite
Lectures : 1951
Notez cet article:
0
15
Auo
0

Mort de Windows XP : comment organiser sa migration

Posté par le dans News

Technologie : Compatibilité des applications, gestion des changements, outils de migration et de support technique : autant de points à valider pour les entreprises et organisations afin d'éviter une explosion des coûts et de la durée du processus de migration vers un autre OS.

 

À en croire Microsoft, une migration complète du système d'exploitation peut prendre jusqu'à six mois, selon la taille de l'entreprise. Il est donc temps d'agir, avant que l'éditeur ne mette officiellement fin au système d'exploitation le 8 avril 2014.

La firme de Redmond indique également qu'il est essentiel d'éviter les obstacles en termes de compatibilité des applications, de gestion des changements, d'outils de migration et de support technique afin de veiller à ne pas renchérir sur les coûts et la durée du processus de migration. Il faut aussi déterminer quel système d'exploitation convient le mieux pour votre entreprise et comment vous pouvez minimiser les risques de continuer à utiliser XP si vous laissez passer la date butoir de Microsoft.

ZDNet.com s'est entretenu avec des experts de l'industrie et des organisations qui ont récemment abandonnées XP - à savoir Campari Australie et la ville de Sydney - pour obtenir des conseils afin que votre migration ne devienne pas un parcours du combattant.

©Zdnet.fr
Lire la suite
Lectures : 1970
Notez cet article:
0